Checklist

DJI, des images en mouvement

PRISE EN MAIN

Publié le 09/06/20

DJI donne du mouvement aux tournages avec un ensemble d’outils, que ce soit pour les DSLR, les smartphones, mais aussi sa version d’une action cam. DJI propose également une solution tout-en-un avec l’Osmo Pocket. La miniaturisation 4K et gyro-stabilisée poussée à l’extrême. Nous avons pris en main le Ronin-S pour les appareils photos hybrides notamment, l’Osmo Mobile pour les smartphones, l’Osmo Action pour les prises de vues sportives et l’Osmo Pocket qui séduira les vloggeurs ou les journalistes. Nous commençons par ce dernier.

Le Ronin-S permet de réaliser des prises de vue avec des appareils photo d'un poids maximum de 3,6 kg. Il est possible de réaliser des prises de vues au ras du sol et d'ajouter en option un moteur pour contrôler le point. La mise au point se fait depuis la molette. Il est facile de passer d'un mode à un autre via la touche M. © Stephan Faudeux

L’OSMO POCKET

Ce produit offre une taille et un poids extrêmement réduits. Petite mais costaude en termes de fonctionnalités, la caméra Osmo Pocket peut se glisser dans une poche. Vous pouvez l’utiliser telle quelle ou la coupler avec un smartphone. Dans le cas d’une utilisation autonome, vous avez accès à deux boutons, un pour la mise sous tension et le second pour l’enregistrement. Il faut ensuite utiliser son écran rikiki pour accéder aux différents paramètres de réglages. Il est préférable d’associer un smartphone aux dispositifs à connecter en prise USB-C ou Lightning.

L’application pour les smartphones DJI Mimo pour Osmo Pocket permet de travailler en mode automatique ou en mode Pro qui donne accès aux réglages manuels (exposition, vitesse obturation, ISO). Les photos peuvent être prises en Raw et les vidéos enregistrées avec le profil couleur D-Cinelike qui donne plus d’options lors de la postproduction.

En termes d’accessoires, DJI propose une gamme pour compléter les caractéristiques de base de son modèle. Vous pouvez également trouver des accessoires utiles chez des fabricants indépendants, par exemple un support pour fixer le smartphone et la caméra et permet de fixer éventuellement sur un tripode de table ou un monopode. Il existe même un mini caisson étanche pour glisser l’Osmo Pocket, et descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur ; dans ce cas, il faudra prendre une torche, car la caméra ne brille pas par sa sensibilité. Pour les vloggeurs, il existe une perche télescopique qui comprend un support pour smartphone et la télécommande déportée. La perche peut se fixer sur d’autres supports.

Comme évoqué précédemment, pour utiliser pleinement l’Osmo Pocket il faut télécharger l’application DJI Mimo qui donne accès aux réglages de l’Osmo Pocket, mais aussi ceux de l’Osmo Mobile et l’action cam.

Il est possible de prendre des photos, de faire du ralenti (mais en HD à 120 im/s), de faire du panorama (recomposition d’une image à partir de trois photos), timelapse (fixe ou en mouvement). Il existe également un mode story pour tous ceux en manque d’imagination (la caméra fait elle-même les mouvements). Ce mode sert essentiellement pour une publication rythmée sur les réseaux sociaux.

Comme d’autres produits DJI, l’Osmo Pocket dispose de l’active track qui permet de verrouiller le cadrage et les mouvements de la nacelle sur un visage. Attention toutefois aux mouvements très rapides qui risquent de perdre le suivi sur le visage. L’active track ne fonctionne pas en UHD. Lorsque l’Osmo Pocket est utilisé sans smartphone il faut donner deux impulsions sur l’écran pour faire apparaître la fenêtre de verrouillage.

Comme souvent sur ce type d’appareil, la prise de son des micros intégrés est médiocre. Le micro interne enregistre tous les bruits et donc est fortement déconseillé. Si d’autres appareils (dont le premier Osmo) ont pensé à intégrer une prise micro, ce n’est pas le cas du DJI Osmo Pocket. DJI corrige donc le tir avec un adaptateur qui permet d’utiliser le port USB-C présent à sa base, pour le transformer en prise micro. Il suffira ensuite d’y greffer un micro de meilleure qualité. L’adaptateur pour l’Osmo Pocket permet de connecter un microphone compatible TRS.

Même si l’Osmo Pocket est capable de prendre des photos, nous nous passerons rapidement de cette possibilité. En termes de vidéo, la qualité est très flatteuse. Attention toutefois aux tournages en basse lumière, du bruit apparaît dans les zones sombres. Le mode story sera utile pour ceux qui ont moins d’aptitude à créer des séquences. Vous avez accès à une librairie de templates de mode de prises de vues et de mouvements de caméra. Le mode story comprend également des filtres et des bandes sonores.

Sur un plan technique l’Osmo Pocket possède un capteur ½,3 de pouce (12 M de pixels effectifs) et un angle de vision de 80 ° (ouverture f/2.0). Il peut filmer en 4K jusqu’à 60 im/s et faire du ralenti en HD 1080p à 120 im/s. L’Osmo Pocket pèse moins de 120 g, la nacelle peut faire des panoramas de -230 à +50 °, un tilt de -95 à 50 °. L’autonomie est fluctuante, selon la vidéo enregistrée, les mouvements ; elle est donnée par le fabricant pour 140 minutes en HD à 30 im/s. La sensibilité en vidéo est donnée de 100 à 3 200 ISO. L’équivalent focale est 26 mm. L’enregistrement se fait sur une carte microSD, le format vidéo est MP4 MOV. L’enregistrement peut se faire 4K Ultra HD : 3 840 x 2 160 24/25/30/48/50/60p et Full HD : 1 920 x 1 080 24/25/30/48/50/60/120p

 

 

LE RONIN-S POUR LES APPAREILS PHOTOS REFLEX ET HYBRIDES

En fonction du boîtier et de l’objectif de votre appareil photo, vous pourrez tout faire depuis l’enregistrement du déclencheur, prendre des photos et même faire la mise au point de votre appareil photo à partir du gimbal. En particulier, la série d’appareils photo GH de Panasonic est la plus complètement intégrée au système Ronin-S. Taillé pour les DSLR ou hybrides, il peut supporter 3,6 kg et est donné pour une charge utile de 12 heures. La stabilisation trois axes apporte un confort de prise de vues. Le Ronin-S est polyvalent grâce aux préréglages des modes. Il est possible de sélectionner instantanément en appuyant sur la touche M pour le passage d’un mode à un autre.

Le plus long généralement sur un gimbal ce sont les réglages pour équilibrer la caméra. Cette étape est cruciale et doit suivre un certain protocole. Si vous changez d’optique il faudra recommencer. Toutefois sur le Ronin-S c’est assez simple… il faudra une dizaine de minutes au début, le temps de trouver les systèmes de blocage des axes, de faire l’équilibre, de bloquer et de recommencer pour l’axe suivant. Une fois la caméra parfaitement équilibrée, vous enclenchez la fonction AutoTune pour optimiser le contrôle des différents servo-moteurs. La partie supérieure du Ronin peut se détacher et être placée sur un travelling, une plate-forme mobile jusqu’à des vitesses maximales de 75 km/h.

Via des accessoires, il est possible de gérer le point manuel, soit en utilisant le câble fourni avec le système, soit en achetant un moteur externe en option qui simplifie la mise au point, disponible avec un nombre plus important d’optiques. La mise au point se fait depuis la molette.

Utilisation et créativité

Le Ronin-S est agréable à utiliser, il est léger et le cadre déplace le poids de la caméra au-dessus de l’axe de roulis. Ce qui veut dire que l’écran de la caméra n’est plus caché et reste en permanence visible par l’opérateur. Le moteur de roulis incliné permet de fixer des caméras plus encombrantes. La technologie SmoothTrack facilite l’accès aux préréglages (profils utilisateurs) en appuyant sur le bouton M. En maintenant le bouton M enfoncé, le Ronin-S passe en mode Sport pour filmer des sujets qui se déplacent rapidement. L’appareil est donné pour une autonomie de douze heures.

Le Ronin-S permet des fonctions créatives comme la création de Panorama, Timelapse, Timelapse en mouvement et Tracking d’un objet ou d’un visage. Surtout il est capable de mouvements, impossibles à faire auparavant, que ce soit de mettre facilement la caméra au ras du sol ou de la faire pivoter sur son axe de 360 °. Lorsque vous couplez les mouvements de l’appareil et ceux du cadreur vous arrivez réellement à sortir du cadre. Le Ronin-S permet également, pour de nombreux usages, de se passer d’un trépied. Son complément est une bonne paire de basket. Outre les mouvements faits à la main, le gimbal servira pour réaliser des time-lapse en programmant les mouvements via son smartphone.

Il existe de nombreux accessoires pour contrôler le focus par moteur, pour accroître les modèles de caméras pouvant se fixer sur le support, pour ajouter un smartphone comme moniteur de contrôle et de paramétrage, un système de pilotage à distance (DJI Force Pro).

 

 

L’OSMO MOBILE 3

Le DJI Osmo Mobile 3, dernière version de la gamme Osmo, est moins cher et gagne en simplicité d’usage. Le pack Osmo Mobile 3 Combo intègre un trépied et une boîte de transport. Il élargit encore plus le champ des possibles. Grâce à la stabilisation trois axes, les images sont parfaitement stables. De nombreuses fonctionnalités avancées vous offrent une liberté infinie dans votre création de contenu : ActiveTrack 3.0, Mode Sport, Dolly Zoom ou encore Hyperlapse. Format pliable avec une autonomie de quinze heures.

La nouvelle conception rend les commandes vitales gérables d’une seule main. Grâce aux boutons pratiques sur la poignée, les utilisateurs peuvent contrôler le mouvement du cardan et accéder facilement aux fonctionnalités utiles. Quick Roll fait pivoter l’orientation du portrait au paysage en appuyant deux fois sur le bouton Mode (M) sans avoir à retirer le périphérique mobile.

La forme redessinée n’obstrue plus les ports de charge et audio, permettant une connexion facile pour charger l’appareil ou utiliser des micros externes. Un déclencheur permet de manœuvrer le cardan en verrouillant l’orientation, en faisant tourner le cardan pour les selfies et même en recentrant lors du suivi d’un sujet.

En utilisant ActiveTrack, les utilisateurs peuvent appuyer une fois sur le déclencheur et Osmo Mobile 3 commencera le suivi tout en gardant le sujet centré dans le cadre. Un zoom avant et arrière avec le curseur de zoom dédié sur le côté du stabilisateur est également possible. De plus, les utilisateurs ont la possibilité de personnaliser la vitesse de zoom en fonction de leurs préférences personnelles.

Osmo Mobile 3 coûte environ 109 € pour la version standard qui comprend Osmo Mobile 3, une dragonne, une pochette de rangement et des coussinets antidérapants. Pour 129 €, vous pouvez obtenir le combo Osmo Mobile 3 qui comprend tous les composants de la version standard ainsi que le trépied Osmo Grip et la mallette de transport Osmo. De plus, Osmo Mobile 3 est couvert par le DJI Care Refresh pour 10 € supplémentaires.

 

 

L’OSMO ACTION

L’Osmo Action reprend le form factor des action cams en enrichissant le tout de nouvelles fonctionnalités. La présence de deux écrans permet de se filmer en mode selfie avec l’écran de face, et l’écran arrière facilitera le cadrage et les réglages avec son écran tactile. La fonction RockSteady est un stabilisateur numérique qui associe l’EIS et des algorithmes donnant des images stables, sans flou de bougé, même sur des séquences très chahutées comme sur une piste de terre ou en descente de ski. La partie image est largement améliorée avec le traitement HDR qui optimise la plage dynamique et on le sait cela est très utile sur les arrière-plans de ciel. L’Osmo Action est capable de filmer en 4K 60 im/s avec un débit de 100 Mb/s. En termes de créativité, la caméra peut faire des ralentis x 8 (en HD), TimeLapse et possède un mode photo par intervalles.

Dans les bonus, l’Osmo Action possède cinq commandes vocales sur des fonctions de base comme prendre des photos, démarrer l’enregistrement vidéo, couper l’alimentation de l’appareil. Ces commandes sont en anglais (et en chinois). La caméra ne craint pas les projections, elle est étanche jusqu’à 11 mètres de profondeur et résiste à des températures de -10 °C sans effet notable sur la batterie. Comme les autres appareils DJI, l’Osmo Action est compatible avec l’application DJI Mimo.

La caméra possède un capteur CMO ½,3” (12 M de pixels). L’écran avant a une taille de 1,4 pouce et celui à l’arrière fait 2,25 pouces. La batterie est donnée pour supporter l’enregistrement d’une vidéo 1080p/30 im/s jusqu’à 135 minutes (fonction RockSteady désactivée). En termes de vidéo la caméra peut enregistrer en 4K (16/9 et 4/3), en 2,7K (16/9 et 4/3), en 1080p et 720p, et le tout à différentes cadences d’images.

Les différentes solutions DJI conservent une longueur d’avance sur la concurrence, avec des produits de qualité, une application complète riche en fonctionnalités et un rapport qualité/prix très positif. Selon vos projets et vos budgets vous trouverez l’outil adapté à vos tournages.

 

 

AUDIO EN MINI JACK

Toutes les prises mini jack se ressemblent à quelques traits près. Certaines prises ont trois bagues isolantes qui délimitent quatre parties. Il s’agit d’un connecteur TRRS (Tip Ring Ring Sleeve). Les smartphones ont des entrées compatibles TRRS, ce qui permet de brancher un casque avec microphone. Les deux premières sections correspondent à la stéréo, la troisième section à la masse, et la quatrième est dédiée au microphone. Si vous entrez un microphone TRS (deux bagues isolantes et trois sections) destiné aux appareils photo, directement dans votre smartphone, il ne sera pas reconnu comme un microphone. Il faut passer par un adaptateur TRS/TRRS. Réciproquement, si vous voulez brancher un microphone TRRS dans un DSLR, il ne fonctionnera pas non plus et il faudra cette fois un adaptateur TRRS/TRS.

 

MISE À JOUR DU FIRMWARE DJI RONIN-S V2.0.0.90

 

Le nouveau firmware V2.0.0.90 pour DJI Ronin-S est sorti le 26 septembre. Voici la liste complète des améliorations et des nouvelles fonctionnalités.

 

  • Ajout d’Active rack 3.0 (nécessite l’application Ronin v1.2.4 ou ultérieure). ActiveTrack 3.0 permet au Ronin-S de suivre avec précision le sujet sélectionné à l’aide d’un smartphone. Les nouveaux algorithmes incluent du deep learning et des calculs optimisés pour les visages. Semblable à la technologie trouvée dans certains drones DJI et la série Osmo, ActiveTrack 3.0 utilise la vue de la caméra du téléphone mobile et envoie ces informations au Ronin-S. Les utilisateurs peuvent monter le téléphone mobile sur le dessus de la griffe de l’appareil photo avec le support de téléphone inclus, ouvrir l’application Ronin et sélectionner le sujet à suivre automatiquement.

 

  • Il est maintenant possible de contrôler le Ronin-S à l’aide du contrôleur PS4 DualShock ou du contrôleur de jeu XBox. La capture photo, l’enregistrement vidéo, la mise au point, le zoom, le changement de profil et les mouvements du cardan peuvent être contrôlés après avoir connecté le contrôleur à l’appareil mobile et au gimbal. Entrez dans l’application Ronin et sélectionnez Créer, puis ouvrez et restez sur l’écran du contrôleur de jeu. La vitesse et la douceur des manches de contrôle peuvent être ajustées.

 

  • Ajout de Force Mobile (nécessite l’application Ronin v1.2.4 ou ultérieure). Force Mobile (similaire à Force Pro) synchronise le mouvement de l’appareil mobile connecté avec le cardan du Ronin-S. Cela fonctionne à une distance maximale de 82 pieds (24,9 m – testé dans un environnement ouvert et dégagé) en utilisant la nouvelle connexion Bluetooth 5.0.

 

  • Ajout d’un passage rapide au mode 3D Roll 360 (appuyez trois fois sur le bouton M pour entrer et appuyez à nouveau trois fois pour quitter).

 

  • Ajout d’Auto 3D Roll 360 (lorsque le cardan est en mode 3D Roll 360, poussez le joystick deux fois vers la gauche ou la droite pour activer Auto 3D Roll 360. Le cardan tourne en continu sans avoir besoin de tenir le joystick. Appuyez deux fois sur la gâchette pour arrêter Auto 3D Roll 360).

 

  • Ajout de la prise en charge de l’enregistrement vidéo, de la mise au point automatique et de la mise au point pour les caméras Sony a7R IV avec les objectifs à monture E pris en charge à l’aide d’un câble de commande multi-caméras (MCC-C). Pour utiliser la mise au point automatique sur l’A7R4, appuyez à mi-course sur le bouton de commande de l’appareil photo du cardan.

 

  • Ajout de la prise de photo, de l’enregistrement vidéo, du zoom et de la prise en charge de la mise au point pour les caméras Sony a7R IV à l’aide d’un câble de commande multi-caméras (Multi USB).

 

  • 3D Roll 360 optimisé.

 

  • Ajout des paramètres du mode de suivi pour l’unité de commande.

 

  • Expérience de suivi optimisée en mode lampe de poche.

 

  • Optimisation de l’affichage du profil led en modifiant la fréquence de pulsation lorsque le cardan est en mode veille, et le voyant devient rouge pour indiquer un avertissement de batterie faible lorsque le niveau de la batterie est inférieur à 20 %.

 

  • Le mode veille peut être activé en appuyant une ou deux fois sur le bouton d’alimentation du cardan.

 

  • Réglage du zoom optimisé lors de l’utilisation de plusieurs ports d’appareils photo Sony avec objectif Power Zoom. La vitesse de zoom peut être réglée de 1 à 100 (nécessite l’application DJI Ronin v1.2.4 ou ultérieure).

 

  • Correction d’autres bugs mineurs.