Production

En grande forme à Annecy, l’animation française repart avec le Cristal du long-métrage !

CRISTAL

Publié le 20/06/22

Rédigé par

Avec non moins de 61 oeuvres françaises sélectionnées toutes catégories confondues, le Festival d’Annecy qui s’est achevé ce 18 juin, a fait honneur à la frenchtouch ! Encore une preuve s’il en fallait : Le Petit Nicolas – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? a remporté le Cristal, la récompense suprême de la compétition…

Le petit Nicolas © ON CLASSICS / BIDIBUL PRODUCTIONS,

Parmi toutes les récompenses délivrées, ce sont 22 projets (films et pitchs confondus) où la France est présente, en production ou en coproduction.

Dans la compétition de longs-métrages tout d’abord, 5 des 7 prix ont été remis à un film impliquant la France :

  • Cristal du long-métrage : Le Petit Nicolas – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? de Benjamin Massoubre et Amandine Fredon
  • Prix du jury : Interdit aux chiens et aux Italiens de Alain Ughetto
  • Mention du jury : Saules aveugles, femme endormie de Pierre Földes
  • Prix de la Fondation Gan pour la diffusion : Interdit aux chiens et aux Italiens de Alain Ughetto
  • Prix Contrechamp : Pléthore de nords de Koji Yamamura

 

Pour les catégories des courts-métrages et de réalité virtuelle, ce sont respectivement cinq et deux récompenses obtenues par des projets tricolores :

  • Prix du jury court-métrage : Steakhouse de Čadež Špela
  • Mention du jury court-métrage : Anxious Body de Yoriko Mizushiri
  • Mention du jury films de fin d’études : Maman, il a quoi le chien ? de Lola Lefèvre
  • Prix André Martin : Histoire pour 2 trompettes de Amandine Meyer
  • Prix Festivals Connexion : Terra Incognita de Adrian Dexter et Pernille Kjaer

 

  • Cristal de la meilleure œuvre VR : Glimpse de Benjamin Cleary et Michael O’Connor
  • Mention du jury VR: Goliath: Playing With Reality de Barry Gene Murphy et May Abdalla

 

Enfin, au cours du MIFA, dix pitchs français ont été récompensés. En détail, ce sont 4 prix pour des longs-métrages, 3 pour des séries et spécial TV, et 4 pour des courts-métrages. Voici la liste des lauréats :

 

Long-métrage

 

  • Prix Cristal Publishing : Le Cœur à danser de Pierre Le Couviour et Amine El Ouarti
  • Prix Ciclic : Le Cœur à danser de Pierre Le Couviour et Amine El Ouarti
  • Prix Titrafilm : Happy End de Marie Amachoukeli et Vladimir Mavounia-Kouka

Série et spécial TV

 

  • Prix Ciclic : Papy et Mamy ont fait la révolution de Agnès Patron et Sophie Nivelle-Cardinale
  • Prix Ciclic – Animation du monde : Les Cogitations de Jupiter de Moumouni Sodré et Sébastien Godard
  • Prix TitraFilm : Polo sans bobo de Sophie Castaignede et Fabrice Ravier

Court-métrage

 

  • Prix SACD : The Day I Smoked a Cigarette with My Father de Robin Vouters et Sameh Morsy
  • Prix Arte France : The Day I Smoked a Cigarette with My Father de Robin Vouters et Sameh Morsy
  • Prix Auvergne – Rhône – Alpes Cinéma / Bourse des festivals : Supersilly de Veronica Martiradonna
  • Prix Ciclic : Le Chagrin des Tournesols de Léa Krawczyk

 

L’intégralité du palmarès est disponible sur le site du Festival.

 

Au demeurant, le SPI (syndicat des producteurs indépendants) a comptabilisé une forte présence de ses membres adhérents, venus présenter : 7 longs métrages, 14 courts métrages, 6 œuvres audiovisuelles, 3 films de commande, 2 œuvres VR, 5 Work in Progress et 12 pitchs. Cette sélection record reflète bien le dynamisme du collège Animation, créé en 2018 et représentatif depuis cette année au sein de la branche de la production de films d’animation.

Ce rayonnement tant international qu’au sein de l’industrie française a permis d’amener sur la table des questions politiques, notamment au regard de la place injuste qu’occupent les films d’animation dans l’industrie, souvent considérés comme périphériques au “grand” cinéma. Avec une telle présence à Annecy, le SPI a par exemple entamé un dialogue avec le CNC pour améliorer les dispositifs d’aide à la production de films d’animation, ou encore, demandé aux chaînes privées de s’engager encore plus sur ces productions, à l’image des 32 M€ qu’investissent chaque année France Télévisions, premier partenaire sur ce terrain ci…